Améliorer son mental, Technique cavalier

[Technique Cavalier] La contagion émotionnelle

Sujet exploré depuis de nombreuses années par les éthologues et les chercheurs en sciences sociales ou neurosciences, la contagion émotionnelle est le transfert des émotions entre 2 individus ou plus. Elle est largement documentée au sein de l’espèce humaine et des espèces vivantes en troupeau (chevaux, vaches notamment), mais elle l’est aussi entre des espèces différentes : de nombreuses études parlent de la contagion émotionnelle entre humain et corbeau, chien, chat…

En pratique, qu’est-ce que ça veut dire ?

Pour nous cavaliers, c’est un terme qui reflète une réalité bien connue : si on monte en étant stressé/énervé, la séance va moins bien se passer que si on était monté l’esprit apaisé. Si on aborde un cheval anxieux en étant soi-même très calme, il sera plus facile de l’attraper que si on angoisse soi-même à l’idée que ça se passe mal.
On a tous vécu un jour une situation où on arrivait à rien, rien ne se passe comme prévu, notre cheval fait tout à l’envers… et quelqu’un d’autre arrive, le prend en main et tout d’un coup, tout se passe bien avec lui ! Notre premier réflexe, c’est de nous vexer et d’être jaloux de cet autre qui arrive à mieux faire ce qui nous pousse problème.
Mais qu’est-ce qu’il a de plus que nous celui-là ? Tout simplement des émotions plus apaisées que nous… Aussi magique que ça puisse paraître !

Contagion émotionnelle en situation

Premier exemple avec des chevaux : les protagonistes sont Bashshar, Laurence et moi. Le but est de prendre le pied de Bashshar pour faire un test de flexion lors de la visite vétérinaire. Je suis stressée pour 2 raisons : je ne sais pas comment va réagir Bashshar à une manipulation aussi inhabituelle avec autant de contraintes, et j’ai un peu peur que la visite fasse apparaître un problème chez Bashshar (j’avais prévu de l’acheter qui qu’il arrive, mais je n’aimais pas l’idée qu’il souffrait peut-être en silence et qu’il pouvait avoir un défaut le faisant souffrir à vie… j’ai été bien rassurée de ce point de vue là 😉 )
Bashshar refuse de donner son pied. Pourtant, je n’ai jamais eu de souci auparavant, je lui demande comme à mon habitude (que j’évoquerai dans un futur article) et lui refuse de lever son pied ou alors le reprend immédiatement, bouge, tourne… j’en arrive même à lui demander son pied avec plus de conviction, un peu paniquée, mais c’est un NON absolu et je n’y changerai rien.
Arrive alors Laurence, très zen, habituée bien plus que moi à lui demander le pied… elle respire un peu puis prend tout le temps nécessaire, détendue, apaisée et… elle prend son pied et le met sur la planche !
(Ça n’a pas résolu tout le problème puisque Bashshar n’avait pas confiance dans cette fameuse planche et il a fallu l’y ramener plusieurs fois, mais Laurence a clairement aidé)
Qu’est-ce qu’on peut comprendre de cette situation ? Bashshar est un cheval dont les taux de stress peuvent monter très rapidement et qui gère mal cet afflux d’émotions. Ainsi, quand il est approché par quelqu’un de stressé, il va immédiatement être « contaminé » et exprimer son propre stress en retour. Ça aboutit à un cercle vicieux car il stresse la personne en retour, etc… par contre, si au sein d’un environnement stressant (la vétérinaire et moi, la planche) arrive une personne apaisée (Laurence), cela l’aidera à redescendre dans ses niveaux de stress : c’est une béquille, un exemple à suivre pour redescendre en pression…

Exemple 2, avec mes chatons : l’apprentissage de la traversée des routes. Apollon et Artémis sont éduqués dans la curiosité et le moins de stress possible. Mais la route reste un danger non négligeable, pour eux comme pour nous. Lorsqu’on traverse une route, on leur demande de s’arrêter avant le bitume (ou la fin du trottoir), de nous attendre puis de traverser « au pied ».
Thomas a travaillé ce point avec Apollon en premier : Apollon a tendance à entrer dans un gel mental quand il panique, donc à s’immobiliser. Thomas est d’un naturel inquiet envers les chatons, dans un esprit « papa poule ». Le début se passe bien, Apollon attend au début de la route, ils font quelques pas et Apollon marque un instant d’hésitation (un oiseau a dû passer au-dessus de sa tête) et Thomas commence à paniquer. Apollon s’immobilise alors totalement, autant en stress, hésite et finalement fait demi-tour. Il a traversé quelques instants plus tard avec sa sœur et moi, parfaitement calmes tous les 3.
Au retour, Thomas a travaillé sur son stress et redemandé aux chatons le même exercice. Quand Apollon a à nouveau eu une hésitation (il est facilement distrait), il a géré son stress pour ne pas contaminer les chats et la traversée s’est poursuivie sans encombre.
Un bel exemple pour montrer qu’avec un peu de travail sur soi, et notamment de cohérence cardiaque, on peut transformer un exercice raté en une belle réussite.

Comment utiliser la contagion émotionnelle à notre avantage ?

Comme tout facteur extérieur influençant le cheval, on peut essayer de le maîtriser. Ça passe par des techniques classiques de gestion des émotions comme la cohérence cardiaque, la méditation, etc. Mieux on saura maîtriser nos propres émotions, plus on pourra aider nos chevaux à gérer les leurs.
Et ça peut aussi aller en sens inverse : avec nos chatons, on a associé certains endroits dangereux pour eux à des montées de stress de notre part. Résultat, ils n’y mettent pas les pattes et on peut dormir tranquille ! 😁

Pour aller plus loin…

  • Un article (en anglais) sur la contagion émotionnelle chez le vétérinaire entre véto, proprio et chien
    Milani M. (2017). Human-animal emotional contagion and client communication. The Canadian veterinary journal = La revue vétérinaire canadienne, 58(12), 1329–1330.
    https://www.ncbi.nlm.nih.gov/…/PMC56807…/pdf/cvj_12_1329.pdf
  • Une vidéo (en français) sur la contagion émotionnelle par l’odeur chez le chien et comment la gérer
    https://youtu.be/iGeZUXrm8Ds
  • Un article sur la simulation de la contagion émotionnelle dans une foule (problématique des mouvements de foule par ex)
    Lhommet, Margaux, Domitile Lourdeaux, and Jean-Paul Barthès. « De L’individu à La Foule : Un Modèle Informatique De Contagion émotionnelle. » 7e Plateforme AFIA (2011): 949-62. Web.
    https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-00631088/document
  • Toujours sur les foules, il y a aussi l’excellent livre de Jean Teulé « Mangez-le si vous voulez »
  • Un article qui décrit la différence de contagion émotionnelle de la douleur entre individus familiers et individus inconnus
    Martin, Loren j, Georgia Hathaway, Kelsey Isbester, Sara Mirali, Erinn l Acland, Nils Niederstrasser, Peter m Slepian, Zina Trost, Jennifer a Bartz, Robert m Sapolsky, Wendy f Sternberg, Daniel j Levitin, and Jeffrey s Mogil. « Reducing Social Stress Elicits Emotional Contagion of Pain in Mouse and Human Strangers. » Current Biology 25.3 (2015): 326-32. Web.
    https://www.cell.com/action/showPdf…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s